Evaluation des prix de cession des fonds de commerce pour l’année 2011

Le baromètre Bodacc met en lumière une hausse des prix de cession

Pour sa seconde année d’existence, le baromètre Bodacc (partenaire d’Altares) a pu mettre en valeur une augmentation du prix moyen pour les cessions de fonds de commerce, pour l’année 2011. Le constat est le suivant :

  • Prix de cession moyen : 187 924 €
  • Evolution : + 6,8% entre 2010 et 2011
  • Nombre de transactions : 45 105
  • Evolution : + 2,2%

Ces chiffres s’entendent hors cessions de parts sociales.
Ainsi, il est intéressant de voir que le nombre de PME candidates à la reprise a augmenté de plus de quinze pour cent. Plus de la moitié de ces opérations concernent les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des commerces. Toutefois, en termes de valeur, c’est dans les activités de services aux entreprises et de construction que les prix ont le plus augmenté avec une évolution positive de 14%.
Quant aux régions les plus dynamiques, ce sont toujours le Nord Pas-de-Calais et l’Ile de France qui captent les transactions de plus fortes valeurs (supérieures à deux cent mille euros).
Enfin, de manière générale, on trouve autant de personnes physiques que morales chez les repreneurs de fonds de commerce.

 

Un marché de la cession de fonds de commerce qui se porte mieux

Bien évidemment, l’étude plus précise secteur par secteur montre des variations assez importantes du prix moyen de cession, mais elles sont toutes positives :

  • Commerce : + 4,4 % à 253 478 €,
  • Restauration, cafés, hôtellerie : + 4,5% à 158 763 €,
  • Construction : + 14,2 % à 119 493 €,
  • Services aux entreprises : + 14,5 % à 206 615 €.

De plus, on voit également diminuer le nombre d’entreprises en difficulté. Certes, cette diminution est d’à peine plus de 3%, mais c’est un signe extrêmement positif de reprise pour les PME. Après une période de crise bien difficile, cela favorise donc une meilleure valorisation des fonds de commerce candidats à la reprise. Néanmoins, les TPE (entreprises de moins de 10 salariés) restent les plus fragiles.
Une excellente raison pour les repreneurs potentiels, comme pour les entrepreneurs souhaitant céder leur affaire de s’entourer de professionnels de la cession : expert-comptable, avocat, notaire…
L’objectif pour chaque partie étant d’acquérir et vendre une entreprise selon sa valeur véritable.

Source : Baromètre Bodacc