La valorisation ou l’évaluation de la valeur de l’entreprise

 L’évaluation de la valeur de l’entreprise est l’étape qui prépare la négociation du prix. Il existe plusieurs méthodes pour la valorisation, en tenant compte du passé comme de l’avenir de l’entreprise.

 

Le recours à des professionnels de la valorisation

valorisation d'entreprisePour évaluer la valeur d’une entreprise, mieux vaut vous faire conseiller par des professionnels : expert-comptable, notaire, cabinet de cession-acquisition… Ceux-ci vont procéder à la valorisation de votre société en examinant les éléments suivants :

  • caractéristiques du fonds de commerce ;
  • chiffre d’affaires, bénéfices, à l’aide des trois derniers bilans de l’entreprise;
  • bail et emplacement commercial ;
  • état du matériel et valeur ;
  • charges : personnel, emprunts…
  • l’état du carnet de commandes : principaux clients…

L’examen de tous ces éléments permet de dégager les points forts et les points faibles de l’entreprise et d’en déterminer un prix de vente : c’est ce qu’on appelle la valorisation.

 

Les différentes méthodes de valorisation

Il existe plusieurs façons d’évaluer la valeur d’une entreprise ; certaines méthodes complexes nécessitent de vous adresser à un spécialiste :

  • une évaluation patrimoniale :traditionnellement, on évalue la valeur de l’entreprise en fonction de son histoire, à partir des bilans. Cette valorisation prend en compte les actifs de la société, comme l’immobilier ;
  • une évaluation dynamique, qui tient compte de la rentabilité à venir : l’objectif de cette évaluation est d’anticiper l’évolution de l’entreprise, en fonction de ses capacités. Pour  estimer la rentabilité future de la société, on utilise le coût moyen pondéré du capital : taux qui correspond au coût supposé des moyens de fonctionnement de la société ;
  • une évaluation en fonction de la capacité de la société à rembourser l’emprunt : si, en tant qu’acheteur, vous devez financer l’entreprise par un emprunt qui couvre 70 % du prix, vous pouvez calculer la part de ses ressources qui seront affectées au remboursement du prêt et ainsi avoir une idée du montant que vous pourrez emprunter et donc du prix maximal à ne pas dépasser ;
  • une évaluation par comparaison : vous comparez l’entreprise en vente avec d’autres entreprises existantes. Pour cela, il faut consulter les prix de ventes récemment réalisées pour des fonds de commerce comparables (activité, localisation, taille similaires…). Mais l’inconvénient de cette méthode est qu’il ne faut pas négliger que chaque entreprise est unique et que son potentiel de développement n’est pas forcément le même qu’une autre.

 

La fixation du prix de l’entreprise

La valorisation de l’entreprise, c’est-à-dire l’évaluation de sa valeur conduit à déterminer un prix de vente. Le prix doit donc tenir compte :

  • des projections dans l’avenir : si vous croyez que l’entreprise peut générer des profits supérieurs dans l’avenir, le prix sera plus élevé
  • de la situation dans laquelle l’entreprise est cédée : est-elle en difficulté ? Le dirigeant est-il pressé de partir, ou au contraire a-t-il tout son temps pour céder au meilleur offrant ?

Avec tous les éléments collectés lors de la phase de valorisation, que vous soyez vendeur ou acheteur, vous avez tous les éléments en main pour l’étape de négociation, car vous maîtrisez bien les points forts et les points faibles de l’entreprise.