Vendre mon entreprise : témoignages de cédants

Fabien M., trentenaire, a cédé un site de vente de billets de loisirs.

A Savoir
Vendez votre commerce dans les meilleures conditions !
Bénéficiez :
  • D’une diffusion anonyme et confidentielle de votre offre.
  • D’un accompagnement jusqu’à la conclusion du contrat
  • Des meilleures garanties financières
  • D’équipes réactives et de moyens efficaces

J’étais le dirigeant d’un site depuis quelques années déjà et je désirais me tourner vers une autre activité qu’Internet. Soucieux de réaliser une plus-value, j’ai choisi de me faire aider sur l’aspect administratif et j’ai bénéficié d’une connaissance spécialisée dans l’acquisition de société, pour la supervision et la lecture du contrat.
Entre le moment où j’ai décidé de vendre mon entreprise et la conclusion de l’affaire, il s’est passé un an : sachant qu’au début, j’avais trouvé un repreneur potentiel qui ne s’est pas révélé fiable et qu’il a fallu se remettre à la recherche repreneur entreprise.
L’étape la plus pénible a été la phase d’analyse comptable par le repreneur car il est nécessaire alors de détailler chaque montant, retrouver chaque contrat et document. Ensuite, l’étape laborieuse de déchiffrage du contrat en langage « courant »…
Un conseil ? Vous devez bien choisir votre repreneur, qu’il comprenne les risques et les opportunités de votre société et soyez conseillé par un professionnel, au moins à la lecture du contrat.

Jacques K., quinquagénaire, a cédé son entreprise de vente d’aliments et d’accessoires pour animaux.

Créateur et dirigeant, je souhaitais vendre mon entreprise pour partir l’esprit léger en retraite. Mon souhait le plus cher était alors de pérenniser l’activité en trouvant un repreneur de qualité.
Ayant cinq salariés, je leur ai tout d’abord proposé de la reprendre mais personne n’était intéressé. Préparés, ils ont pu accueillir le nouveau repreneur dans de bonnes conditions. Le processus de négociation a été long – près d’un an – à cause de la lenteur des prises de décisions du nouvel acquéreur. C’est donc pour moi, cette étape qui a été la plus pénible. L’ensemble de la procédure de transmission entreprise a pris 18 mois.
Un conseil ? Clarté et transparence dès le début du processus, et je conseillerai également de préciser le prix de cession souhaité très rapidement, pour ne pas perdre de temps.

Alain C., a cédé une entreprise de vente à distance de lingerie.

Entreprise familiale, mon épouse et moi-même avons dû nous résigner à vendre mon entreprise pour des raisons médicales, malgré nos nombreuses et fidèles clientes réparties sur le territoire national.
Nous recherchions activement un couple à notre image pour perpétuer les valeurs et les qualités nécessaires à notre petite entreprise : le sens du service, la « vente douce », un respect de la clientèle, etc.
L’ensemble de la procédure a pris deux mois et demi : notre prix, affiché dès le début du processus était raisonnable et n’a fait l’objet d’aucune négociation.
Il n’y a pas eu d’étapes difficiles puisque le contact avec les différents repreneurs a été bon et que les négociations finales se sont réalisées entre nos experts comptables respectifs.
Un conseil ? Aimez ce que vous vendez pour qu’il continue de vivre.

Christian S., quadragénaire, a cédé son SSII pour son bon développement.

J’ai choisi de vendre mon entreprise pour lui garantir un bon développement. En effet, j’ai pris conscience que j’étais le moteur de rentabilité de l’entreprise mais que je n’avais pas assez de temps pour en assurer sa gestion. J’ai donc cherché un actionnaire majoritaire pour assurer cette dernière partie et conserver mon activité d’expert et de management.
Au départ, les salariés ont été surpris et soucieux puis, ils ont compris que c’était dans leur intérêt d’être en faveur de la transmission entreprise à un gestionnaire. Ayant rapidement trouvé un repreneur grâce à l’intervention d’un prestataire spécialisé dans la vente d’entreprise, nous avons discuté de la valorisation société et proposé tout de suite des solutions.
L’étape la plus délicate du processus est l’évaluation entreprise afin de trouver le prix juste garantissant la reprise. La société de cession-acquisition s’est montrée indispensable.
Un conseil ? Dans la mesure où vous restez dans l’entreprise, il faut s’assurer de la complémentarité possible avec le repreneur : mieux vaux deux personnes complémentaires qu’une seule qui sera débordée et peu productive au final.