Bien vendre son entreprise : les démarches à suivre

Vous envisagez de vendre votre entreprise ? Sachez qu’il vous faudra environ une année pour réussir cette opération. Voici comment faire et la démarche à suivre étape par étape.

 

Anticiper la vente de l’entreprise

Vendre une entreprise nécessite une préparation, non seulement pour connaître la valeur de votre société, mais aussi pour la présenter « sous son meilleur jour » aux futurs acquéreurs. Au préalable, vous devez vous poser un certain nombre de questions, comme :

  • que ferez-vous après la vente ?
  • mes associés sont-ils d’accord pour vendre ou sont-ils prêts à accueillir un nouvel associé ?
  • quel acheteur est-ce que je recherche, en termes de profil, de compétences professionnelles ?
  • que deviendront les salariés ?

Avant de fixer le prix de l’entreprise, vous devez connaître sa rentabilité. Il vous faudra peut-être choisir le moment le plus opportun pour vendre, c’est-à-dire quand votre entreprise affiche de bons résultats et des perspectives de croissance encourageantes.

Rédigez un business plan que vous présenterez à vos acquéreurs potentiels, indiquant les atouts de votre société, son positionnement sur le marché et sa stratégie.

 

La négociation

vendre une entrepriseComment vendre une entreprise ? Quelles sont les documents à présenter ? Quels sont les garanties demandées ? Vous pouvez bien sûr décider de vendre vous-même votre entreprise mais les procédures sont tellement complexes pour un néophyte qu’il est préférable de confier cette tâche à un cabinet spécialisé. Pour bien vendre une entreprise, il faut être capable de montrer, chiffres à l’appui, qu’il s’agit d’un placement intéressant, soit parce que votre société est déjà rentable, soit parce qu’elle a du potentiel qui ne demande qu’à être développé. Pour maîtriser les techniques de la négociation, vous pouvez suivre une formation ou échanger avec d’autres chefs d’entreprise qui ont vécu cette situation pour tirer profit de leurs expériences.

Lorsque vous entrez en contact avec un acquéreur, vous devez :

  • vous entendre sur une fourchette de prix ;
  • lui fournir des données sur l’état de votre entreprise, et veiller à ce que ces documents restent confidentiels ;
  • vous assurer de la sincérité de votre acquéreur, qu’il ne s’agit ni d’un curieux, ni d’espionnage industriel ;
  • discuter des conditions de la transmission : accompagnement du repreneur, avenir des salariés…

Dans la mesure du possible, il peut être intéressant d’avoir plusieurs acheteurs potentiels, ce qui vous permettra de mieux négocier le prix de votre entreprise.

 

Les étapes de la vente

Une fois qu’un acquéreur est intéressé pour acheter votre entreprise, celui-ci rédige une lettre d’intention qui explicite son projet d’achat. Vous pouvez alors signer un compromis de vente ou un protocole d’accord qui est généralement soumis à plusieurs conditions :

  • l’obtention du crédit par l’acquéreur ;
  • la réalisation d’audits de la société.

Lors de la signature du contrat de vente ou de l’acte de cession, des clauses de garanties assurent l’acheteur de la régularité des comptes et des résultats de l’entreprise. Attention, ces garanties peuvent vous contraindre à rembourser des sommes à votre acheteur en cas de modification importante de certains éléments du bilan ! Une clause de non-concurrence est souvent incluse au contrat et vous oblige à ne pas recréer d’activité similaire qui fasse concurrence à votre acheteur. Le paiement peut se faire sous différentes formes : comptant ou différé…

Au moment de la vente, certaines formalités doivent être accomplies comme le déblocage des fonds dans les temps, l’immatriculation ou la publicité de l’acte de vente.